Auteurs/dessinateurs : Marguerite Bennet, Rafael De Latorre, Rob Schwager et Marshall Dillon.

Editions : Snorgleux comics.

C’est un jour d’une banalité accablante où chacun vaque à ses occupations. Tout va très normalement dans le plus normal des mondes… Enfin presque, car ce matin, c’est le matin de l’éveil. Les animaux se retrouvent capables de réfléchir, de parler et bientôt c’en sera fini de la domination de l’humanité. Pour autant, chaque animal réagit selon ses propres sentiments. Des poules vont massacrer le coq qui les a opprimés si longtemps. Des pandas vont se suicider d’avoir été tenus en captivité dans un zoo. Les oiseaux vont attaquer la petite Jesse ! Mais Jesse a un protecteur : son chien Sandor. Celui-ci l’aime autant qu’elle l’aime et au nom de cet amour, il est prêt à affronter n’importe qui, y compris une tigresse qui la menace. Le monde a changé et bientôt les animaux ont des revendications qu’ils vont présenter aux humains. L’affaire tourne mal et la guerre est déclarée ! Malheureusement, les parents de Jesse disparaissent au cours des événements. Sandor décide donc de conduire la petite fille à son grand frère qui vit en Californie. Le voyage commence !

Mon avis :

Cette BD prend une idée de départ originale et qui permet d’amorcer de nombreuses questions et des thématiques très diverses. La question animale étant au centre des aventures de Jesse, la jeune héroïne. C’est justement ce foisonnement de sujet à traiter qui m’a à la fois frustrée et plu. L’histoire va très vite, souvent trop vite et ne s’arrête pas forcément aux moments où cela aurait été nécessaire. Par exemple, au tout début Jesse et son chien Sandor se retrouvent face à une tigresse qui ne veut faire qu’une bouchée de la petite humaine. Le combat est malheureusement expédié en trois planches. Et il en va ainsi pour toutes les péripéties. On passe d’un lieu à l’autre sans avoir le temps de creuser les personnages rencontrés, de comprendre les enjeux ou de nous attacher tout simplement aux héros. Ainsi, les mystères et la disparition ou la mort d’individus perdent leurs impacts dans le scénario.

De la même manière, les problématiques qu’apportent le réveil de la conscience animale ne sont traitées et exploitées qu’en surface. De nombreuses pistes sont lancées comme la survie sans « viande », l’attitude face à l’ancien oppresseur, la possibilité d’un retour en arrière… Mais tout est traité à la va vite. C’est assez dommage et il faut espérer que ce ne sera plus le cas dans les tomes suivants.

Néanmoins, on suit l’histoire de Jesse et Sandor avec intérêt. Le tome se termine sur un cliffhanger intéressant qui annonce de nouveaux rebondissements. Certains des personnages qui croisent leur route sont très attachants. Je pense notamment à la baleine qui leur sert de véhicule ou au bison qui se substitue à la mère de Jesse et l’aide à traverser les premiers signes de sa puberté. J’ai apprécié aussi les références à la pop culture (cf. pokémon) qui amènent beaucoup d’humour et rendent plus criante de vérité la critique de notre société. Le système de flash-back n’est pas toujours heureux même s’il apporte des éléments qui nous permettent de mieux comprendre Sandor, qui reste un personnage ambigu. En revanche, les longues discussions sur l’amour entre les parents de Jesse n’étaient, à mon sens, pas nécessaires.

Pour dire un mot sur les graphismes, l’ensemble fonctionne. Les traits donnés aux différents animaux permettent de faire apparaitre tout de suite leur « personnalité ». Cependant, certaines scènes d’action manquent de clarté et de spectaculaire.

A suivre donc dans le prochain tome…

6,5/10

One thought on “Animosity”

  1. Encore une très belle analyse. BRAVO
    Là encore la rapidité des planches va avec la façon de la vie que l’on mène actuellement .
    Les ados trouve un film bon que si toute les deux minutes il y a une action ,si non ils zappent.(ils disent c’est chiant)
    Pour que les auteurs changent l’aspect de leur récit ,il faudrait qu’il lise votre critique.
    PENSEZ A LEURS ENVOYER ( est ce possible d’ailleur)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :