Auteur : Amy Stewart

Editions : 10/18, collection : Grands détectives.
               Constance Kopp n’entre dans aucun moule. Elle surpasse en taille la plupart des hommes, ne trouve aucun intérêt dans le mariage ou les affaires domestiques, et a été isolée du monde depuis qu’un secret de famille l’a reléguée, elle et ses deux sœurs, dans la clandestinité. Un jour, le propriétaire d’une fabrique de soie, belliqueux et puissant, renverse leur carrosse au volant de son automobile… Et ce qui n’aurait dû être qu’un banal litige se transforme en une bataille rangée avec une bande de voyous habitués au chantage et à l’intimidation. Mais elle pourra compter sur l’aide d’un shérif progressiste qui, dans l’Amérique puritaine de ce début de siècle, n’hésitera pas à lui confier un revolver et une étoile.

On m’a offert ce livre et j’avoue avoir été positivement attirée par la couverture et les citations admiratives qui la recouvre. Peut-être que ces critiques enthousiastes m’ont fait attendre trop de cette lecture. Je m’attendais à découvrir une femme forte, des duels terribles, des scènes désopilantes et une montagne de secrets. Malheureusement, mes attentes ont été presque toutes déçues.

Pour commencer, je ne comprends pas les commentaires qui indiquent que c’est une roman « hilarant ». Je n’ai absolument pas ri, ni même esquissé un sourire durant ma lecture, alors que je suis bon public. Peu de scènes se prêtent au comique. Je ne vois que la rencontre de l’héroïne avec un avocat qui se sépare de sa femme et qui, avec son franc parler, peut amener un peu de « fun » à la narration très classique du reste de l’œuvre. Premier problème donc, je voulais me divertir avec un roman léger et je me suis retrouvée avec une pseudo enquête pleine de personnages sérieux, stéréotypés et tristes.

En effet, les trois sœurs Kopp, qui sont au centre de l’intrigue, sont selon moi des personnages qui sont exploités de mauvaise manière. Dans les portraits et la manière d’agir ou de s’exprimer des jeunes filles, l’auteur nous induit en erreur sur leur âge. Pendant la première partie du roman, j’ai cru dur comme fer que Fleurette avait douze ans et que Constante était une jeune adolescente. Or, il s’avère que Fleurette à 18 ans et Constance 25… Cela remet complément en perspective l’opinion qu’on se fait d’elles. Fleurette m’est donc devenue insupportable, agissant comme un bébé et une petite princesse durant toute l’enquête. Le personnage prend même du plaisir à être le centre d’un complot. Quant aux deux autres sœurs, je n’ai pas non plus apprécié leur présence. Norma est désagréable et juge tout ce qui l’entoure comme la justice descendue de son socle. On finit par espérer que ses pigeons la trahissent. Constance est loin de la femme forte et pleine de caractère vantée par la quatrième de couverture. Certes, elle n’est pas craintive, mais elle est aussi terriblement naïve et butée. On a l’impression qu’elle cherche les ennuis et fait exprès de prendre les mauvaises décisions. Difficile donc d’apprécier une lecture dans laquelle les personnages vous insupportent.

Du côté de l’action, nous ne sommes pas vraiment dans une enquête mais plutôt dans une poursuite judiciaire qui réserve quelques petits mystères à résoudre. Malheureusement rien de palpitant et pas de suspense insoutenable. La révélation la plus intéressante concerne le passé d’un personnage et n’interfère pas réellement avec les rebondissements de l’intrigue. Il semble que l’auteur ait voulu mettre beaucoup de choses dans son roman et l’ensemble ne s’accorde pas harmonieusement.

En somme, une lecture qui n’est certes pas désagréable mais qui s’étire en longueur et laisse cruellement le lecteur sur sa faim.

4/10

4 thoughts on “La fille au revolver”

  1. désolée, la critique, n’ etait donc pas fiable, qui m’a fait te l acheter 🙁
    quel livre as tu tiré au sort pour faire suite à cette lecture decevante ?

  2. Merci pour cette excellente critique
    J ‘avais remarqué moi aussi ce livre ou il est vrai comme tu le soulignes , l’appât de la couverture.
    Grace à toi je ne vais pas en faire l’achat
    Ton avis étant toujours juste .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :