Auteur : Joseph Kessel

Editions : Folio

C’est par hasard que je me suis mise à la lecture de ce roman. Il était tombé dans ma pile à lire sans trop savoir pourquoi, venu d’une ancienne bibliothèque. Je connaissais vaguement le nom de l’auteur sans avoir déjà lu sa prose. La couverture n’était pas engageante et c’est sans grand enthousiasme que j’ai amorcé ma lecture.

 Il a suffi de quelques pages pour m’absorber complètement. La magie du romanesque a opéré. Joseph Kessel a une plume simple mais percutante qui sert les ascenseurs émotionnels de son roman. j’ai adoré suivre le personnage principal et j’ai tremblé pour lui. Le pari de l’écrivain est donc réussi.

 Dans Les Mains du miracle, Joseph Kessel a choisi de « romancer » une partie méconnue de notre histoire. Nous sommes au début de la seconde guerre mondiale et nous faisons connaissance avec Felix Kersten. L’homme est devenu masseur thérapeutique grâce à la puissance de ses grandes mains. Il a suivi une formation auprès d’un maitre chinois réputé, le docteur kô. Malheureusement, sa renommée et son talent vont le mener vers un chemin qu’il abhorre. Contre ses idéaux et ses principes, il va se retrouver au service d’Himmler, le chef de la Gestapo. Le commandant des SS souffre effectivement de violent maux d’estomac et choisi Kersten comme médecin personnel. Malgré sa réticence , le masseur va finir par tisser des liens, une complicité avec son infâme patient qui vont lui permettre de sauver un grand nombre de victimes du régime nazi.

Quatrième de couverture:

       A la veille de la seconde guerre mondiale, Félix Kersten est spécialisé dans les massages thérapeutiques. Parmi sa clientèle huppée figurent les grands d’Europe. Pris entre les principes qui constituent les fondements de sa profession et ses convictions, le docteur Kersten consent à examiner Himmler, le puissant chef de la Gestapo. Affligé d’intolérables douleurs d’estomac, celui-ci en fait bientôt son médecin personnel. C’est le début d’une étonnante lutte, Felix Kersten utilisant la confiance du fanatique bourreau pour arracher des milliers de victimes à l’enfer. 

Joseph Kessel nous raconte l’incroyable histoire du docteur Kersten et lève le voile sur un épisode méconnu du XXe siècle.

Je pense que c’est ce lien fort avec l’histoire et la vérité qui donne tant de force à ce roman. On découvre le fonctionnement interne du clan ennemi. Ces noms ont fait trembler le monde et provoquent encore un sentiment de dégoût. Néanmoins, l’auteur arrive à nous faire voir Himmler comme un simple humain. Il en brosse un portrait peu flatteur en quelques traits : c’est un petit homme chétif, nerveux et imbu de lui-même. Il est complètement obnubilé par Hitler en qui il voit un génie, voir un messie. Cependant, ce monstre nous est montré dans toute sa faiblesse et sa médiocrité. On comprend comment un homme comme Kersten a pu tirer partir de cette souffrance. Le masseur devient indispensable et bientôt Himmler se confie même à lui, le considérant comme son seul ami. La tension vient de cette relation de confiance toujours fragile : la gestapo doute de ce médecin hollandais et cherche à l’écarter du Reichsfürher, or, lui a un besoin vital de cet homme. L’auteur a choisi de prendre le point de vue de Felix Kersten qui ne voit ce rapprochement que comme un moyen de sauver des prisonnier et de lutter contre le régime nazi au péril de sa vie.

Joseph Kessel 1898 -1979

Nous allons voir cela tout de suite, dit Kersten. Il leva les bras, étala ses mains, fit jouer les paumes et les phalanges, afin de les munir de toute l’élasticité, toute la vigueur possibles, et se mit au travail. Il ne tâtonnait plus. Il savait maintenant où son effort devait s’appliquer. Il enfonça profondément ses doigts dans le ventre de son patient à l’endroit voulu, saisit avec précision et rudesse le bourrelet ainsi formé et le serra, le pétrit, le tordit, le noua, le dénoua, dans le dessein d’atteindre et de remuer les nerfs malades à travers la peau, la graisse et la chair. À chacun de ces mouvements, Himmler sursautait avec un cri étouffé. Mais, cette fois, la douleur n’était pas brute, aveugle. Elle suivait un trajet précis. Comme si elle avait un but

On connait déjà le déroulement et l’issue de la seconde guerre mondiale mais cela ne gâte en rien l’intérêt du récit. On peut enfin y lire entre les lignes, connaître les dessous cachés des grandes décisions. Le suspense est maintenu par ces événements cachés que nous relate l’auteur sans ménager nos nerfs. Nous aussi nous transpirons et retenons notre respiration à chaque séance, pendus aux lèvres d’Himmler qui détient le sort de nombres d’innocents entre ses mains. Même si les conversations entre Himmler et Kersten sont fictives, elles semblent parfaitement avérées. Kessel s’appuie d’ailleurs sur les journaux intimes du médecin auxquels il fait directement référence et sur des connaissances historiques précises. Des notes au fil de la lecture permettent d’ailleurs d’éclairer certains points, d’approfondir le destin des personnages. On ne rencontre jamais Hitler, mais son ombre plane sur tout le roman. Cette bête qui rôde dans l’ombre permet justement de développer le personnage d’Himmler, et la difficulté pour lui d’affirmer son autorité sans aller à l’encontre du fürher, dont on sent qu’il commence à se méfier.

Le roman donne aussi une autre vision de la vie quotidienne en temps de guerre. A aucun moment, nous ne sommes mis au milieu de l’horreur des champs de bataille ou des camps de la mort. Le médecin, de part sa position, fait partie des privilégiés. L’auteur réfléchi sur le sentiment de culpabilité de ce bon vivant qui, dans son immense domaine de Hartzwalde peut continuer à jouir des bonheurs simples de la nature et de la profusion. D’ailleurs c’est son manque d’appétit soudain qui fait comprendre au lecteur la gravité de la situation. Il est fascinant qu’un personnage aussi singulier et tranquille ai été aussi impliqué dans ce conflit mondial.

Je vous recommande la lecture de ce roman aussi bien pour la force de son récit que pour son intérêt historique. Une pépite !

L'avis du mouton curieux
5/5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :