Vous trouverez ici, prêts à être adoptés et chouchoutés tous les livres qui me sont tombés des mains et n’ont pas été avalé par mon ogre de bibliothèque. Je vous donnerai bien sûr les raisons de l’abandon de ces petites boules de papiers. La liste sera mise à jour régulièrement (pas trop souvent je l’espère).
Leurs enfants après eux

Auteur : Nicolas Mathieu

Editions : Actes sud

Août 1992. Une vallée perdue quelque part dans l’Est, des hauts-fourneaux qui ne brûlent plus, un lac, un après-midi de canicule. Anthony a quatorze ans, et avec son cousin, pour tuer l’ennui, il décide de voler un canoë et d’aller voir ce qui se passe de l’autre côté, sur la fameuse plage des culs-nus. Au bout, ce sera pour Anthony le premier amour, le premier été, celui qui décide de toute la suite. Ce sera le drame de la vie qui commence.

J’avais pourtant envie de le ranger fièrement dans ma bibliothèque celui-là. J’en avais entendu de très bon avis venant de bouches sûres et affûtées. Pour couronner le tout, il y avait aussi ce fameux prix Goncourt. J’étais donc prête à le déguster et l’adorer. Le début avait le gout que j’en attendais : la chaleur écrasante, l’ennui magique, les premiers écarts, les filles et la sueur. Mais plus j’avançais moins j’avais envie de poursuivre ma lecture. Un personnage qui m’ennuyait a pris une place bien trop importante et le sexe adulescent est devenu rasoir et écœurant. L’été s’est fané. Ma déception après cette lecture reste vive.

 

Autoportrait de Paris avec chat

Auteur /dessinateur: Dany Laferrière

Editions : Grasset

Voici le roman le plus singulier de Dany Laferrière  : un roman dessiné. Et écrit à la main  ; comme tous les précédents, mais dans cet Autoportrait de Paris avec chat son écriture est reproduite en même temps que ses dessins, dans ce volume de grand format et de grande ambition. Et c’est guidés par la main du plus charmeur des académiciens français, ses lettres et ses couleurs, que nous pénétrons dans un Paris à son image, un Paris qui, d’une certaine façon, n’est autre que lui-même.
Plutôt que «  À nous deux Paris  !  », voici «  Nous deux à Paris  !  ». Le narrateur, un grand rêveur, arrive dans la ville la plus réaliste du monde. Il en fait la découverte et nous avec lui, remontant ses rues et le temps à la rencontre de ceux qui ont fait sa gloire. Paris, ses monuments de pierre et d’intelligence, l’arc de Triomphe aussi bien que Balzac, ses cafés aussi bien que ses créateurs de mode, le Flore aussi bien que Gabrielle Chanel. Paris se nourrit aussi des étrangers qui cessent d’en être dès qu’ils l’aiment et contribuent à faire ce qu’il est. Et voici donc Hemingway, et voici donc Noureev, et voici donc Apollinaire… Et puis il y a Chanana. Qui est cette mystérieuse chatte en manteau rose qui arrive chez le narrateur à minuit  ?

Cette fois-ci c’est la grande librairie qui m’a fourvoyée. Je n’avais jamais lu Dany Laferrière et cet ovni littéraire me paraissait une manière originale de le découvrir. Malheureusement, même si la lecture est effectivement foisonnante, elle est surtout exigeante et fatigante. Je n’entends pas par là que le vocabulaire ou que la syntaxe sont complexes. Ce qui pose problème c’est le déchiffrage de l’écriture manuscrite. Elle part dans tout les sens et il y en a littéralement partout !

Quelques passages m’ont néanmoins beaucoup plu, je pense notamment à toute la réflexion sur l’alphabet et ses évocations. Mais l’œuvre reste selon moi trop personnelle, c’est un journal intime qui aurait du le rester. Cette expérience privée reste bien souvent trop hermétique pour un œil extérieur. D’autre part, à partir de la deuxième partie, le livre se transforme en catalogue, en mille-feuille sur les artistes qui ont habités Paris. On perd un peu l’intérêt narratif. En tout cas, cela a fini de me décourager.

One thought on “SPLA : Société protectrice des livres abandonnés !”

  1. excellent, tu m’ as bien fait sourire Tita!
    et bien d’ accord pour le GONCOURT, pour ma part, je ne me fierais plus à ce prix d entrée de jeu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :